Le henné (الحناء)

بسم الله الرحمن الرحيم

Le Henné est une plante sacrée, ses feuilles proviennent d’un petit buisson cultivé comme le thé, en rangées serrées. Certaines variétés de ses plantes peuvent atteindre un mètre de hauteur. Ce sont les feuilles qui produisent la teinture de couleur jaune ou rouge.

Le henné très connu des femmes du Maghreb n’est pas seulement une parure pour la femme, c’est aussi et surtout une sunnah du prophète صلى الله عليه و سلم avec de nombreuses vertus. Il peut être utilisé pour soigner les plais et petites blessures. Une recherche française a également permis de relever que le henné était très efficace contre les maladies de la peau d’origine mycosique, une ecchymose, la lèpre ou la jaunisse.

La femme enceinte, en Inde et dans les pays arabes, s’enduit souvent le ventre et la tête de pâte de henné afin de calmer les bouffées de chaleur, maux de tête et autres fièvres. Il constitue un cicatrisant hors pair en fortifiant la peau, en jugulant les plaies grâce à ses propriétés coagulantes. Ainsi, les pêcheurs de perles du golfe Persique s’enduisent toujours les mains de cette pâte avant de ramer afin d’éviter les ampoules.

Les vertus médicinales sont reconnues par le prophète صلى الله عليه و سلم en effet de nombreux hadiths montrent qu’il صلى الله عليه و سلم, utilisait le henné comme produit cicatrisant.

Oum Salamah, qu’Allah l’agrée, rapporte :
« Le prophète صلى الله عليه و سلم ne souffrait jamais d’une blessure ou d’une épine sans appliquer du henné dessus. »  Rapporté par At-Tirmidhi, al Bayhaqi

Aussi pour nous, femmes musulmanes, le henné est une parure recommandée par le prophète صلى الله عليه و سلم. Nous pouvons en mettre sur les mains ainsi que sur les pieds, sous forme de tatouages plus ou moins créatifs, selon les goûts. Grâce au henné sur les mains nous nous démarquons des hommes. En effet, cela met en avant notre féminité et notre grâce. Le henné nous embellit.

Le prophète صلى الله عليه و سلم est rentré chez une femme mariée et lui a dit :
« Teins tes mains avec le henné, car si l’une de vous délaisse la teinture avec le henné, ses mains deviendront comme celles des hommes. »  Cette femme, par la suite n’a jamais cessé de teindre ses mains avec le henné, même lorsqu’elle avait  80 ans elle a continué à le faire.
Rapporté dans Al Mousnad (recueils de hadiths rédigés par l’imam Ahmed)